M’écartant du chemin qui borde la mer je m’enfonce dans un fourré qui va assez loin dans la montagne. Arrive dans une petite vallée. Là, quelques habitants qui veulent vivre encore comme autrefois. Tableaux Matamua « Autrefois » et Hina maruru.
… Je continue ma route. Arrivé à Taravao (extrémité de l’île), le gendarme me prête son cheval. Je file sur la côte est, peu fréquentée par les Européens.
Arrivé à Faaone petit district qui annonce celui d’Hitia, un indigène m’interpelle :
– Eh ! L’homme qui fait des hommes (il sait que je suis peintre), viens manger avec nous ! (Haere mai ta maha), la phrase hospitalière.
Noa Noa, ce qu’exhale Tahiti – Paul Gauguin

Affichage de 1–12 sur 75 résultats