Tous les livres

0,99 9,00 

Aux jeunes gens, suivi de Principe anarchiste

Pierre Kropotkine

138 x 204 mm – 48 pages – Texte – Noir et blanc – Broché

Télécharger un extrait

UGS : 9782355833373-1-1-1 Catégories : ,

Description

“Aux jeunes gens” de Pierre Kropotkine est une œuvre stimulante qui résonne encore aujourd’hui comme un appel à l’action et à la réflexion critique. Publié en 1899, cet essai révèle la pensée profonde et humaniste de Kropotkine, un éminent intellectuel russe, géographe et anarchiste.

Dans “Aux jeunes gens”, Kropotkine s’adresse directement à la jeunesse de son époque, mais ses idées et ses préoccupations transcendent les frontières temporelles. À travers une prose claire et passionnée, l’auteur partage sa vision d’une société plus équitable, basée sur la coopération plutôt que sur la compétition.

Au cœur de l’œuvre se trouve la conviction que la solidarité et l’entraide sont des forces fondamentales qui devraient guider les relations humaines. Kropotkine rejette l’idée que la nature humaine est intrinsèquement égoïste et avide de pouvoir, argumentant au contraire en faveur d’une société où les individus peuvent s’épanouir à travers la collaboration et la compréhension mutuelle.

L’auteur explore également des thèmes tels que l’éducation, la liberté individuelle et le rôle de l’État. Il plaide pour une éducation qui encourage le développement complet de l’individu, favorisant l’esprit critique et l’autonomie intellectuelle. De plus, Kropotkine remet en question la légitimité de l’autorité centralisée, soulignant la capacité des communautés à s’autogouverner de manière harmonieuse.

“Aux jeunes gens” est bien plus qu’un manifeste politique. C’est une invitation à repenser les fondements mêmes de la société, à envisager un avenir où la justice sociale, la liberté individuelle et la solidarité sont des piliers inébranlables. L’œuvre de Kropotkine transcende les limites de son époque, continuant à inspirer ceux qui cherchent à comprendre et à façonner le monde qui les entoure.

 

 

C’est aux jeunes gens que je veux parler aujourd’hui. Que les vieux — les vieux de cœur et d’esprit, bien entendu — mettent donc la brochure de côté, sans se fatiguer inutilement les yeux à une lecture qui ne leur dira rien.
Je suppose que vous approchez des dix-huit ou vingt ans ; que vous finissez votre apprentissage ou vos études ; que vous allez entrer dans la vie. Vous avez, je le pense, l’esprit dégagé des superstitions qu’on a cherché à vous inculquer ; vous n’avez pas peur du diable et vous n’allez pas entendre déblatérer les curés et pasteurs. Qui plus est, vous n’êtes pas un des gommeux, tristes produits d’une société en déclin, qui promènent sur les trottoirs leurs pantalons mexicains et leurs faces de singe et qui déjà à cet âge n’ont que des appétits de jouissance à tout prix… Je suppose au contraire que vous avez le cœur bien à sa place, et c’est à cause de cela que je vous parle.
Une première question, je le sais, se pose devant vous. — « Que vais-je devenir ? » vous êtes-vous demandé maintes fois. En effet, lorsqu’on est jeune on comprend qu’après avoir étudié un métier ou une science pendant plusieurs années — aux frais de la société, notez-le bien — ce n’est pas pour s’en faire un instrument d’exploitation, et il faudrait être bien dépravé, bien rongé par le vice, pour ne jamais avoir rêvé d’appliquer un jour son intelligence, ses capacités, son savoir, à aider à l’affranchissement de ceux qui grouillent aujourd’hui dans la misère et dans l’ignorance.
Vous êtes de ceux qui l’avez rêvé, n’est-ce pas ? Eh bien, voyons, qu’est-ce que vous allez faire pour que votre rêve devienne une réalité ?
Je ne sais dans quelles conditions vous êtes né. Peut-être, favorisé par le sort, avez-vous fait des études scientifiques ; c’est médecin, avocat, homme de lettres ou de science que vous allez devenir ; un large champ d’action s’ouvre devant vous ; vous entrez dans la vie avec de vastes connaissances, des aptitudes exercées. Ou bien, vous êtes un honnête artisan, dont les connaissances scientifiques se bornent au peu que vous avez appris à l’école, mais qui avez eu l’avantage de connaître de près ce qu’est la vie de rude labeur menée par le travailleur de nos jours.
Je m’arrête à la première supposition, pour revenir ensuite à la seconde ; j’admets que vous avez reçu une éducation scientifique. Supposons que vous allez devenir… médecin.
Demain, un homme en blouse viendra vous chercher pour voir une malade. Il vous mènera dans une de ces ruelles, où les voisines se touchent presque la main par-dessus la tête du passant ; vous montez dans un air corrompu, à la lumière vacillante d’un lampion, deux, trois, quatre, cinq étages couverts d’une crasse glissante, et dans une chambre sombre et froide vous trouvez la malade couchée sur un grabat, recouverte de sales haillons. Des enfants pâles, livides, grelottant sous leurs guenilles, vous regardent de leurs yeux grands ouverts.

 

Du même auteur :

Communisme et anarchie – L’esprit de révolte – Pierre Kropotkine

La morale anarchiste – La loi et l’autorité – Pierre Kropotkine

Informations complémentaires

Poids 110 g
Dimensions 3 × 138 × 204 mm
Disponible

Oui

Genre

Récit historique, Roman

Édition numérique

Non, Oui

Édition papier

Non, Oui

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.