Mémoires

Le jardin semblait abandonné ; je savais qu'il n'en était rien.
Elle laissait chaque plante, les arbres, chaque fleur ; les insectes, tous les petits mammifères, chaque oiseau être en paix, libres : leur liberté était l'assurance de la sienne.
Chaque jour, par tous les temps, elle le parcourait, lui rendait visite (ne s'en éloignait que par contrainte). C'est dans ce cheminement au travers de cet elle-même à l'extérieur d'elle-même, qu'elle se permettait de redresser une branche, en pousser une autre, dégageait une allée. Le jardin était son œuvre autant qu'elle en était l'œuvre.
Après un détour, au creux d'un bosquet, dans une inondation de fleurs et de bruissements d'élytres, je la trouvais à sa table, près des marguerites, penchée sur ce que je sus plus tard être ses mémoires.

Berlin la cours et la ville
Mes mémoires
Souvenirs - Tome 3

• Derniers titres parus •