Tous les livres papier

8,00 

Le démon marié

Nicolas Machiavel

Suivi de : Pensées

138 x 204 mm – 32 pages – Texte – Noir et blanc – Broché

Télécharger un extrait

UGS : 9782355832970 Catégories : ,

Description

On trouve parmi les anciennes annales de Florence une histoire à laquelle on a d’abord assez de peine à ajouter foi ; mais les circonstances en sont si notables et si pressantes que l’esprit est enfin contraint de s’y rendre, car les personnes et les familles y sont nommées, et quelques-unes sont encore présentement si considérables, qu’on n’aurait pas osé les comprendre en cette relation, si elle n’était fort authentique ; et l’histoire en serait périe avec le temps, si la vérité ne l’avait défendue contre l’oubli.

Un homme de probité de cette ville-là (je ne feindrai point de dire que c’est le fameux Machiavel) en a laissé des mémoires qu’il dit avoir reçus de Rodéric même, qui est le héros de la pièce.

Il dit donc que du temps que Florence était une république, une infinité de gens allaient en enfer pour être morts en péché mortel, et qu’à leur entrée dans ce malheureux séjour, presque tous se plaignaient qu’ils n’étaient tombés en ce malheur que pour avoir épousé des femmes insupportables ; que les juges infernaux en étaient fort étonnés, et qu’ils ne pouvaient qu’à peine croire que la malignité des femmes fût si grande et que l’accusation en fût véritable. Mais comme depuis longtemps on ne leur disait autre chose, et que presque tous les damnés s’accordaient dans cette accusation, ils en firent leur rapport à Lucifer, qui jugea que la chose était digne d’en faire information ; il voulut être éclairci de la vérité, et, pour cet effet, ayant sur-le-champ assemblé son conseil, il leur dit ces paroles :

« Messieurs, encore que ma puissance soit absolue et arbitraire dans ce royaume sombre, et que je ne sois obligé par aucune loi ni coutume de prendre sur mes affaires l’avis de personne, néanmoins, comme il y a plus de sagesse à prendre conseil qu’à le négliger, je vous ai fait venir pour prendre vos sentiments sur une chose que je trouve très importante, et qui pourrait procurer quelque blâme à mon gouvernement si je la laissais passer sans en découvrir la vérité. Tous les hommes qui viennent ici ne se plaignent que de leurs femmes ; ils les accusent constamment d’être la seule cause de leur perte ; cela me paraît impossible ; mais, pourtant, je crains d’une part de passer pour ridicule, en accordant ma créance à ce rapport, et d’autre part d’être blâmé de négligence si je ne m’en informe à fond et diligemment. Dites-moi donc, je vous prie, ce que vous pensez que je doive faire en cette occasion. »

La chose parut à tous de conséquence, et ils convinrent d’abord qu’il fallait par tous moyens découvrir si les plaintes des hommes mécontents de leurs mariages étaient fondées sur la vérité ; mais ils ne furent pas d’accord sur les mesures qu’il fallait prendre pour n’y être pas trompé. Les uns opinèrent qu’il fallait envoyer sur la terre un démon en forme humaine, qui connût par lui-même du fait pour en faire ensuite son rapport ; les autres disaient qu’on pourrait savoir la chose sans se mettre si fort en frais, et qu’il n’y avait qu’à redoubler la torture à plusieurs âmes de différentes espèces, pour leur faire avouer la vérité. Cet avis trop cruel fut rejeté, parce qu’on assura que les tourments étaient une mauvaise voie pour savoir la vérité, et qu’au contraire ils faisaient toujours mentir ceux qui ne pouvaient les souffrir pour s’en délivrer, et ceux qui étaient assez forts pour les endurer, par la gloire qui flattait leur orgueil d’avoir résisté aux plus rudes peines ; mais on ajouta que, s’il s’agissait de tirer de l’âme d’une femme damnée la vérité par force de tourments, on y perdrait sa peine, vu que son obstination à résister à son devoir, étant déjà invincible durant sa vie, se trouverait encore confirmée et endurcie en enfer. C’est pourquoi il fut résolu, à la pluralité des voix, qu’on députerait un de la troupe en l’autre monde, pour y voir de ses propres yeux la vérité de ce qui s’y passait.

Informations complémentaires

Poids 70 g
Dimensions 4 × 138 × 204 mm
Disponible

Oui

Genre

Contes

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le démon marié – Nicolas Machiavel”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *