Tous les livres papier

18,00 

Tristan et Iseult – Richard Wagner

Édition bilingue – Nouvelle traduction

138 x 204 mm – 102 pages – Texte – Noir et blanc – Broché

Télécharger un extrait

UGS : 9782355832475 Catégories : ,

Description

ACTE PREMIER

En mer, sur le pont du navire de Tristan durant la traversée d’Irlande en Cornouailles.

On a dressé une sorte de vélum richement orné de tapisseries à la proue du bâtiment.

Au début, ce vélum est parfaitement clos.

Juste à côté, un escalier de coupée conduit dans les flancs du navire. Iseult, al- longée, le visage enfoui dans des coussins.

Brangaine, tenant une tenture rabattue, porte son regard loin au large.

Scène 1

On entend la voix d’un jeune marin venant de la vigie.

Un Jeune Marin

La vue embrasse le Couchant, le navire cingle vers l’est. On sent le frais vent de la terre natale…

Ô, mon enfant irlandais, Où es-tu ?

Sont-ce les soupirs de ta souffrance qui gonflent mes voiles ? Souffle, souffle ô vent !

Soupire, soupire, ô, mon enfant ! Jeune, sauvage et farouche Irlandaise !

Iseult, faisant brutalement son entrée.

Qui chante ainsi de moi ?

Elle regarde, troublée, autour d’elle

Ah, c’est toi Brangaine… Dis-moi… Où sommes-nous ?

Brangaine, devant l’ouverture.

On voit, vers l’ouest, des festons bleus. Le navire rapide fend les flots avec douceur.

Avant ce soir, voguant sur la mer calme, nous atteindrons le rivage.

Iseult

De quel pays ?

Brangaine

Le rivage si vert des Cornouailles.

Iseult

Jamais plus ! Ni aujourd’hui ni demain !

Brangaine, lâchant la tenture et se précipitant, très troublée, vers Iseult.

Comment, qu’entends-je maîtresse ? Ah !

Iseult, avec emportement

Ô, race maudite, ô, ancêtres que je hais !

Et pourquoi, mère, disposes-tu du pouvoir de triompher de la mer et des tempêtes ?

Ô, bien faible don que celui de la sorcière qui ne sait plus que préparer d’improbables filtres !

Viens me tirer de la torpeur qui réside au fond de mon cœur !

Et vous, vents hardis, exaucez ma volonté ! Combattez dans un tumulte de tempête ! Dans des ouragans immenses, dans de terribles tourbillons, réveillez cette mer rêveuse ! Allez débusquer dans ses entrailles son pouvoir maléfique ! Montrez-lui la proie que je lui destine ! Qu’elle engloutisse ce fragile esquif ! Qu’elle l’avale jusqu’au moindre de ses débris ! Et vous, les vents, je vous laisse les souffles agonisants de tout ce qui vit à bord.

Brangaine, profondément ébranlée, s’ingéniant à réconforter Iseult.

Ah, mon Dieu ! Ah, ah ! J’avais eu le présage de ce désespoir !

Ah ! Iseult, ma maîtresse, cœur aimé, pourquoi donc es-tu demeurée si longtemps sans te manifester à moi ?

Tu es partie sans une larme, en quittant père et mère. Tu as à peine dit adieu à ceux que tu laissais derrière toi ; tu es partie du pays de ton père, froide, silencieuse, muette. Tu as entrepris ce voyage, sans manger, sans dormir, affligée et malheureuse, pleine d’une sombre mélancolie. Com- ment alors, en te voyant, ai-je pu supporter de n’être pas plus pour toi, de sembler aussi lointaine et étrangère ?

Ô, dis-moi quel souci est le tien. Parle, parle, clame, crie ce qui te tour- mente ! Iseult, ô, ma maîtresse ! Toi, vénérée et chérie, aie confiance en Brangaine pour peu que tu lui accordes ta confiance.

Iseult

De l’air ! De l’air ! Mon cœur se dérobe ! Ouvre ! Ouvre grand le rideau !

Brangaine se hâte d’ouvrir en grand la tenture.

Informations complémentaires

Poids 125 g
Dimensions 8 × 138 × 204 mm
Disponible

Oui

Genre

Théâtre

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Tristan et Iseult – Richard Wagner”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *